Les États-Unis et la Turquie suspendent les services de visa pour les voyageurs

Les Américains intéressés à visiter la Turquie, et vice versa, peuvent avoir à mettre leurs plans en attente pour le moment. Plus tôt ce mois-ci, les États-Unis et la Turquie ont suspendu les services de visa non-immigrant pour les voyages entre les deux pays. Ces mesures venaient après que les autorités turques ont arrêté deux employés turcs du consulat américain à Istanbul.

La Mosquée Bleue, Istanbul / Oyster

La Mosquée Bleue, Istanbul / Oyster

Après que Washington a mis fin aux services de visa, le pays du Moyen-Orient a riposté en fermant ses frontières aux visiteurs américains résidant aux États-Unis ou ailleurs, à moins qu'ils puissent obtenir des visas en dehors de leur pays d'origine, rapporte The Guardian . Turkish Airlines accueille les voyageurs et rembourse les tarifs pour les vols entre les États-Unis et la Turquie jusqu'au 31 octobre. Les billets doivent avoir été achetés avant le 9 octobre.

Cette semaine, une délégation américaine a atterri à Ankara pour tenter de résoudre le différend diplomatique entre les alliés de l'OTAN. Cependant, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré qu'il ne se soumettrait pas aux "impositions" des Etats-Unis, rapporte Reuters . Le porte-parole du président Tayyip Erdogan a chanté un air différent, disant qu'il s'attendait à ce que la crise soit résolue rapidement après les pourparlers.

Les ressortissants turcs détenus sont détenus pour espionnage et liens présumés avec le coup d'État manqué de l'année dernière en Turquie. Selon Reuters, la délégation américaine a demandé à Ankara de fournir des informations et des preuves concernant les détentions. "Nous coopérerons si leurs demandes respectent les règles de notre constitution, mais nous ne céderons pas aux impositions et nous rejetterons toutes les conditions que nous ne pouvons pas remplir", a déclaré M. Cavusoglu lors d'une conférence de presse mercredi.

Alors que les voyageurs attendent le conflit, le porte-parole d'Erdogan, Ibrahim Kalin, affirme que les pourparlers avec les Etats-Unis progressent dans une "bonne direction", rapporte Reuters . "La délégation américaine n'a pas le pouvoir de lever la suspension de visa, mais elle communiquera nos vues à Washington et, espérons-le, la Maison Blanche prendra des mesures positives bientôt", a-t-il dit.

Vous aimerez aussi: