Les 10 districts rouges les plus notoires du monde

Qu'on en parle ouvertement ou que l'on en parle à voix basse, il y a des coins de presque toutes les grandes villes où le commerce du sexe prospère. Du Nevada à Amsterdam , Paris et Bangkok , les quartiers rouges ont occupé une place dans l'esprit des artistes, des écrivains, des bohémiens, des moralistes, des éthiciens et des voyageurs pendant des siècles.

Bien sûr, un enchevêtrement de dilemmes épineux doit être défait avant d'envisager d'ajouter les quartiers les plus célèbres du monde à votre itinéraire. Tout d'abord, vous voudrez voir ce que cela signifie de participer à un spectacle qui exploite assez souvent des communautés déjà marginalisées de femmes, de personnes LGBTQ, de personnes économiquement défavorisées et de personnes de couleur. Il est important de garder à l'esprit que beaucoup de ceux qui participent au commerce du sexe ne le font pas de façon consensuelle. Il y a aussi la question de la légalité: alors que des villes comme Amsterdam ont des lois notoirement libérales qui, ostensiblement, font du commerce sexuel un choix réglementé (et donc désinfecté et déstigmatisé), dans d'autres parties du monde, c'est un crime pur et simple. Cela ne signifie rien de l'implication du travail sexuel dans l'exacerbation des cycles de pauvreté et de violence déjà existants dans les régions où le tourisme a déjà contribué à des économies à un seul secteur.

Maintenant, avec tout cela à l'esprit, voici quelques-uns des quartiers les plus tristement célèbres du monde, allant de la liberté sexuelle pour tous à des zones de tolérance aseptisées et des quartiers violents où les touristes ne devraient jamais être vus. Considérez-vous averti!


1. Marché de Patpong, Bangkok, Thaïlande

Juste l'un des sites à trouver à Bangkok Patpong.

Juste l'un des sites à trouver à Bangkok Patpong.

Avec ses températures élevées et son rythme de vie rapide, Bangkok est essentiellement amorcée pour tout ce qui est torride et sordide. Il n'est donc pas surprenant que les attitudes notoirement décontractées de la ville envers le travail sexuel – ce n'est pas tout à fait légal, mais pas illégal non plus – ont fait de Bangkok une plaque tournante pour le commerce en Asie du Sud-Est. Et bien que ces faits signifient certainement que vous allez vivre une expérience dans les rues autour du marché de Patpong, Soi Nana et Soi Cowboy, cela peut sembler plus qu'un peu insidieux, et les préoccupations concernant la traite des êtres humains ne doivent pas être sous-estimées. Une visite du marché de Patpong, devant les stands de nourriture de rue alléchants et les tables pleines de T-shirts bon marché, est un assaut sur les sens et les sensibilités. Vous entendrez des colporteurs qui vendent tout, des spectacles de ping-pong au sexe en direct, et la plupart – sinon la totalité – des participants peuvent en avoir pour leur argent. Cependant, si vous parlez à la plupart des gens qui ont été témoins de ces escapades, l'effet est loin d'être excitant. Pour ceux qui choisissent d'entrer dans les bars et les clubs dans ces parties de la ville – en particulier à Patpong – attendez-vous à des minimums de boisson strictement imposés (et exorbitants), à une gestion agressive et à des tactiques de vente à haute pression.

2. DeWallen, Amsterdam, Pays-Bas

Peep show théâtres à De Wallen à Amsterdam.

Peep show théâtres à De Wallen à Amsterdam.

Amsterdam peut évoquer de nombreuses images dans l'esprit des voyageurs: des canaux charmants, des tenues de patinage de vitesse orange vif, des maisons en rangée pittoresques, l'odeur de l'herbe et des crêpes hollandaises viennent à l'esprit. Bien sûr, il possède également l'un des quartiers rouges les plus connus au monde – et c'est un attrait majeur sur le circuit touristique de la ville. À Amsterdam , les travailleurs du sexe occupent des cabines avec des fenêtres le long des rues du De Wallen, un quartier gentrifiant de la ville qui abrite des étudiants, des touristes et des travailleurs du sexe. Les lois en vigueur depuis 2000 ont nettoyé ce qui était autrefois une partie de la ville qui était en proie à des maux sociaux. Ces jours-ci, le proxénétisme est illégal, les maisons closes doivent être agréées, et toutes les personnes impliquées – du client au travailleur – paient des impôts. La ville a même un syndicat pour les travailleurs du sexe. De plus, des organisations comme le Centre d'information sur la prostitution proposent des plateformes pro-sexe et pro-légalisation pour les travailleuses du sexe de la ville (ainsi que des visites de De Wallen avec d'anciennes travailleuses du sexe). L'objectif est de déstigmatiser les acteurs de l'industrie tout en responsabilisant les travailleurs qui choisissent de s'engager dans cette voie. Même ainsi, cela ne veut pas dire que tout est rose dans le commerce du sexe d'Amsterdam – en dépit de la lueur rose floue jeté sur le De Wallen de ses feux rouges emblématiques. Alors que la forme du travail du sexe est fortement réglementée, des préoccupations éthiques continuent de fleurir à propos d'autres formes de travail sexuel dans la rue, et malgré de nombreuses arrestations et répressions, la traite des êtres humains continue d'être présente dans la ville.

3. Pigalle, Paris, France

Le célèbre Moulin Rouge se trouve au milieu des pitreries de Pigalle.

Le célèbre Moulin Rouge se trouve au milieu des pitreries de Pigalle.

Ah, Paris – c'est une ville pour la romance et l'amour. Tout autour, des couples de biches regardent la Tour Eiffel, les salles dorées de Versailles et la collection du Louvre. Peut-être est-il logique que le côté le plus sexy de la vie puisse être trouvé ici aussi – et même si le travail du sexe est illégal à Paris , les autorités ferment généralement les yeux sur l'industrie. En fait, si vous vous rendez à l'impressionnante basilique du Sacré Coeur, ou si vous prenez un selfie avec le Moulin Rouge, vous traverserez le quartier rouge le plus actif de Paris. Sex shops, magasins porno, clubs de strip-tease, et peep-shows sont abondants à travers Pigalle, et les travailleurs de rue exploitent aussi les zones les plus occupées. Vous devriez noter que la petite délinquance n'est pas inconnue dans cette partie de la ville, et solliciter des travailleurs du sexe est illégal en France. Pigalle abrite également de nombreux bars et discothèques, et quand la belligérance à l'alcool est ajoutée au mélange, l'ambiance peut rapidement dégénérer. Cependant, comme toute bonne métropole qui vaut son pesant dans le sel capitaliste, la région est rapidement embourgeoisée, en particulier dans ce qu'on appelle South Pigalle – un paradis pour l'élite hipster de dépenser leur argent de cocktails sur mesure, hoodies uniques et minuscules assiettes de nourriture.

4. Kabukicho, Tokyo, Japon

Les lumières brillantes de Shinjuku tiennent les clubs hôtes et hôtesses de Kabukicho.

Les lumières brillantes de Shinjuku tiennent les clubs hôtes et hôtesses de Kabukicho.

Les clubs d'accueil et d'hôtesses de Kabukicho sont légendaires. Juste en plein milieu d'un des quartiers touristiques les plus animés de Tokyo – le quartier de Shinjuku – se trouve cette partie de la ville remplie de sexe. Ici, les bars accueillent exclusivement de jolis jeunes hommes et femmes, et les tarifs coïncident avec la réputation du club. Dans la plupart de ces établissements, les hommes et les femmes sont payés pour se faire plaisir des clients, mais les services restent assez apprivoisés (conversation et flirt). Cependant, les bars où le sexe est à vendre sont certainement sur presque chaque bloc dans cette partie de Tokyo . Il convient également de noter que la direction peut devenir extrêmement agressive quant à ce que le client doit payer pour les boissons au cours d'une visite – et cela ne correspond parfois pas au prix indiqué lors de son entrée dans l'établissement. Il est également important de noter que les étrangers sont parfois exclus de ces lieux. Et au cas où vous pensiez que le Japon bien élevé aurait un commerce sexuel épatant, détrompez-vous. Le travail du sexe est techniquement illégal (bien qu'il y ait des façons de contourner ces lois), et le crime organisé joue un rôle majeur dans les activités quotidiennes à Kabukicho.

5. Patong, Phuket, Thaïlande

Bangla Road image courtoisie de Nicolas Lannuzel via Flickr .

Bangla Road image courtoisie de Nicolas Lannuzel via Flickr .

Beaucoup de voyageurs atterrissent à Phuket avec des visions de plages bordées de palmiers, la mer turquoise d'Andaman et des plages immaculées. Et tout cela peut certainement être trouvé à travers cette île tropicale. Cependant, il y a des poches où tout sauf se dorer au soleil est sur l'esprit – en particulier à Patong . La ville est la principale plaque tournante des fêtes de Phuket, et des boîtes de nuit et des bars tapageurs avec de la musique en direct jusque tard dans la nuit. Tout comme les quartiers chauds de Bangkok, vous trouverez également toutes sortes de rapports sexuels payants, de shows sexuels et tout ce que vous pouvez imaginer avec. Le cœur de l'action est regroupé le long de Bangla Road, où se trouvent certains des bars et clubs les plus notoires, ainsi que des travailleurs du sexe sur tous les trottoirs. Gardez votre esprit sur vous, comme vous le feriez à Bangkok, car même entrer dans l'un des bars go-go peut venir avec des frais assez raides pour les boissons, la gestion souvent agressive, et les demandes plus que insistantes.

6. Calle Pedro Clisante, Sosua, République dominicaine

Les magnifiques plages de la région de Sosua sont une alternative plus calme à la scène de la ville.

Les magnifiques plages de la région de Sosua sont une alternative plus calme à la scène de la ville.

Pour être juste, ce n'est pas un quartier chaudement ouvert – vous ne verrez pas de shows sexuels et de magasins pornos alignés côte à côte. Au lieu de cela, pour les visiteurs de Sosua , Pedro Clisante est le centre de la vie nocturne de la ville. Des restaurants et des bars s'installent le long de la rue, avec des clients qui débordent tout autour. Dans le mélange, bien sûr, sont les travailleurs du sexe qui sont un incontournable dans de nombreuses villes balnéaires de la République dominicaine. Certains voyageurs les trouvent agressifs, d'autres simplement une partie de la scène locale, et d'autres prennent peu de préavis. Mais ils sont omniprésents, en particulier dans les zones autour des plus grandes discothèques. Comme de nombreux pays où la ceinture solaire est omniprésente, les problèmes persistent en matière d'exploitation, de crime organisé et de vaste réseau de maux sociaux qui ont permis au travail sexuel de prospérer légalement. Cela n'aide certainement pas à ce que beaucoup de Canadiens, d'Américains et d'Européens affluent vers Sosua avec de l'argent disponible et un mépris des conséquences.

7. Schipperskwartier, Anvers, Belgique

https://www.instagram.com/p/BJ6ZXVPgFEu/

Les zones de tolérance ont prospéré dans les villes du nord de l'Europe, les attitudes à l'égard de tout, de la toxicomanie au travail sexuel, étant devenues plus progressistes. À son tour, la participation du crime organisé, les taux de maladie, et d'autres éléments autrefois dangereux des coins autrefois illicites de la société ont été repliés dans le tissu urbain. Dans le Schipperskwartier d'Anvers , cela se traduit par un quartier rouge presque impeccablement propre qui mélange l'approche légalisée d'Amsterdam avec quelque chose comme un mini-centre commercial du sexe. Avec la Villa Tinto en son centre, cette partie de la ville à trois pâtés de maisons attire ceux qui recherchent le sexe et ceux qui cherchent juste à regarder la scène. Cette partie de la ville est également une destination de choix pour les clubs et la vie nocturne.

8. Nevada

https://www.instagram.com/p/JVru_coZNW/

Mentionner Nevada et les lumières brillantes, l'argent facile, et l'hédonisme effréné de Las Vegas vient probablement à l'esprit. Certains Américains pourraient également penser à l'affirmation maintes fois répétée selon laquelle la prostitution est légalisée. Ce n'est pas tout à fait vrai, et les lois régissant le travail du sexe varient d'un comté à l'autre. En fait, le comté de Clark (qui abrite Las Vegas) ne permet pas le travail du sexe légalisé à l'intérieur de ses frontières. En tant que tel, le statut de feu rouge du Nevada est un peu plus diffus. En fait, la plupart des bordels légaux au Nevada sont assez loin de ses grands centres urbains (selon la loi du Nevada, l'industrie n'est légale que dans les comtés de moins de 700 000 habitants). Le gouvernement exige également des tests réguliers de MST et l'utilisation obligatoire du préservatif.

9. Copacabana, Ipanema et Vila Mimosa, Rio de Janeiro, Brésil

Juste à côté de la superbe plage de Copacabana, à Rio, vous pourrez vous asseoir parmi les plus célèbres bordels du Brésil.

Juste à côté de la superbe plage de Copacabana, à Rio, vous pourrez vous asseoir parmi les plus célèbres bordels du Brésil.

Tout comme Sosua en République dominicaine, l'absence de restrictions sur le travail sexuel au Brésil signifie que, même si le commerce prospère, il est un peu plus intégré dans le tissu quotidien de la ville dans son ensemble. En tant que tel, il n'y a pas des parties de Rio de Janeiro qui sont bourrées de sex-shops et de théâtres porno. Au lieu de cela, des bordels massifs peuvent être trouvés dans beaucoup des principaux quartiers de bord de mer, y compris Copacabana et Ipanema . Copacabana, avec son glamour fané, a une ambiance de pépinière, et juste au sud se trouve l'un des bordels les plus infâmes de l'Amérique latine, Centaurus. Ce méga bordel est construit pour les grands et a attiré beaucoup de célébrités, bien qu'il existe d'autres maisons de passe à Ipanema, comme Monte Carlo. Si vous avez envie de prendre votre sécurité pour un tour à risque, Vila Mimosa est le véritable quartier rouge de la ville, où les vitrines servent d'entreprises de couverture pour un vaste réseau de prostituées, de proxénètes et de sympathisants dans cette industrie. Cependant, vous ne devriez certainement pas essayer de visiter ce quartier lors d'une escapade décontractée – ce n'est dangereux pour personne d'autre que des locaux chevronnés et a une réputation violente. En tout état de cause, comme dans la plupart des domaines où les écarts de revenus et les inégalités persistent, l'agence des acteurs du commerce n'est pas toujours claire, et de nombreux sites imposent des taux de location exorbitants à leurs travailleurs. offrant le vernis de l'argent rapide.

10. Reeperbahn, Hambourg, Allemagne

Reeperbahn s'allume avec l'aimable autorisation de Martin Abegglen via Flickr .

Reeperbahn s'allume avec l'aimable autorisation de Martin Abegglen via Flickr .

De Wallen, d'Amsterdam, attire la part du lion en ce qui concerne les quartiers rouges européens, mais Reeperbahn à Hambourg est tout aussi célèbre. La région regorge de boîtes de nuit et de bars, ce qui en fait un lieu incontournable pour les voyageurs et les habitants qui veulent se défouler le week-end. Il abrite également Herbertstrasse, où les femmes et les moins de 18 ans sont strictement interdits. En fait, la rue elle-même est fermée pour aider à faire respecter cette politique. Sinon, le quartier est un mélange de sex-shops, de magasins pornos et autres, tous mélangés à des gens à la recherche de bons moments. Le travail du sexe est légal en Allemagne, donc il y a des règlements entourant l'effort qui, au moins en apparence, fait que les choses se sentent un peu moins abruptes que dans d'autres parties du monde. Même ainsi, ne venez pas ici en attendant le chaud et les fuzzies.

Vous aimerez aussi: